Lesotho - Rivière

Un jour au Lesotho via le Sani Pass, une étape incontournable en Afrique du Sud

Arrivée à Himeville

Nous partons de iMfolozi vers 8h via le Nyalazi Gate en direction de Himeville, près du Sani Pass qui permet d’accéder au Lesotho, 6h de trajet en prévision.

Le GPS nous fait passer par la côte avant de remonter en direction d’Underberg alors nous décidons ne nous arrêter à Durban pour un petit brunch histoire d’éviter le sandwich de station service. Nous arrivons à Durban un peu avant 11h pour une petite pause d’une heure au Freedom Café. Ambiance très sympa et œufs Bénédicte à tomber !

Nous reprenons la route jusqu’à Himeville via Pietermaritzburg et les paysages changent complètement. On se retrouve en pleine campagne : près tout verts, troupeaux de vaches et petites fermes, la route est vraiment belle. Nous arrivons au Sani Lodge Backpackers vers 15h. Pas grand chose à faire sur place à part des petites ballades au départ de l’hôtel mais on préfère la prendre cool et nous reposer.

Note sur l’hôtel : le Sani Lodge proposent plusieurs types de chambre, nous avons opté pour une rondavel privée pour 50€ la nuit. Il y a un restaurant juste qui propose des petits déjeuners à 65 rands et des repas équilibrés (entrée, plat, dessert, menu imposé) à 130 rands. Il n’y pas grand chose à Himeville et le lodge est assez excentré donc c’est bien pratique !

Notre journée au Lesotho via le Sani Pass

Le lendemain, nous partons à 9h avec un petit groupe et notre guide pour une escapade d’une journée au Lesotho en Jeep (activité « Sani Day Tour » réservée via le Sani Lodge).

Le tour démarre avec le célèbre Sani Pass. route vertigineuse de virages ultra serrés sur laquelle on s’arrête plusieurs fois pour admirer le panorama, et dont le guide nous raconte l’histoire. Les paysages sont tout simplement splendides !

Note : on avait lu sur des blogs que certains déconseillaient de le prendre soi-même sans 4×4, d’autres affirmaient que c’était jouable, et bien on vous confirme que ce n’est pas faisable du tout ! Notre Polo n’y aurait certainement pas survécu… La route est très mauvaise et avec beaucoup de roches et de trous qu’il est parfois impossible d’éviter. Des travaux sont en cours, mais à la vitesse où les travaux avancent, ça ne sera pas goudronné avant 5 ans selon notre guide…

Une fois le Sani Pass franchi et la frontière avec le Lesotho passée, nous roulons jusqu’au point le plut haut du Lesotho, 3200m. On s’y arrête pour une petite promenade pour admirer la vue. Beaucoup de vent, on se les pèle, et il y a encore un peu de neige sur la roche par endroit…

Nous faisons ensuite demi-tour et nous arrêtons près d’une rivière pour pique-niquer au calme, le spot est superbe.

Après manger, nous nous rendons dans un petit village de quelques rondavels sans eau courante ni électricité, où notre guide nous fait découvrir un peu d’histoire de ce petit pays autour d’une bière artisanale faite sur place (bof…) et d’un bout de pain cuit sur le feu (très bon !). Politique, économie, histoire, santé, culture et traditions, la conversation est très intéressante.

Cette pause ne fait pas « attrape touriste ». Pas de femme qui tricote ou de danse en costume traditionnel. Les gens travaillent, les enfants sont à l’école, on ne voit pas grand monde donc, mais ça ne nous empêche pas d’apprécier le moment.

Note : le Lodge et l’agence du guide sont orientés fair-trade. Une partie de l’argent gagné avec les excursions est distribuée au village à chaque visite et sert également à acheter 900 à 1000 couvertures pour les distribuer aux habitant et aux bergers qui passent dans le coin, le 14 février de chaque année (la couverture est portée par les habitants, c’est presque devenu un habit traditionnel !).

Nous partons ensuite du village et nous rapprochons de la frontière pour aller boire un verre au bar le plus haut d’Afrique : le Sani Mountain Lodge. Ce n’est pas tant le bar qui nous a plu même si leur cappuccino est bon, mais plutôt la vue extraordinaire depuis la terrasse. On se croirait dans le grand canyon, un décor de western somptueux, on pourrait y rester des heures.

Après cette dernière pause, nous reprenons le Sani Pass en descente cette fois et rentrons au Lodge pour 16h30.

Budget : 700 rands par personne, lunch-box compris, soit 45€.

Notre avis sur le Lesotho

En seulement une journée, nous sommes tombés sous le charme des paysages du Lesotho. Le petit pays est plus authentique et plus sauvage que le Swaziland, plus dépaysant. Les valeurs du pays sont également plus proches des nôtres : monogamie, place de la femme dans la société égale à celle de l’homme, pays très sur qui fait régner la paix… Bref, c’est vraiment un incontournable quand on visite l’Afrique du Sud.

Nous regrettons vraiment de ne pas avoir plus de jours pour traverser le pays et voir Semonkong, Katse Dam, ou Butha Buthe, mais ça ne pouvait pas rentrer dans notre itinéraire déjà bien chargé, il nous aurait fallu 3 jours de plus…

Cependant, cette petite journée au Lesotho nous aura quand même permis d’apprécier des paysages incroyables, c’est un bon compromis qu’on vous recommande si vous vous retrouvez dans le même cas que nous !

Besoin d’infos sur d’autres étapes ? Retrouvez tous les articles Afrique du Sud ici.

Une réflexion sur “Un jour au Lesotho via le Sani Pass, une étape incontournable en Afrique du Sud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s